lundi 13 septembre 2010

La Forêt du Lutin

Où court ce Lutin si pressé ? Il va rejoindre sa forêt qui lui murmure de si fantasques histoires d'éternité.


C'est dans ce genre de chemin creux que l'on rencontre des trolls. Mais pas d'inquiétude, ils sont trop bêtes pour faire du mal à un Lutin.


Parfois quelques esprits traversent en groupe ces pentes à toute allure. D'aucuns les appellent cervidés; moi je sais que ce sont des créatures magiques car, malgré leur taille imposante, elles ne font aucun bruit et disparaissent comme par enchantement.


Ces conifères ne sont pas originaires de ma forêt mais ils sont bien acceptés par les arbres indigènes qui ont toujours vu de la richesse dans la présence de l'autre.


La Fée Lumière : Son rôle est déterminant dans ce milieu; en effet, le Chêne (Quercus) est amoureux de la fée mais c'est un gros paresseux qui s'étale en largeur quand on lui en laisse l'occasion. Pour que le chêne soit grand et beau, les Lutins sèment autour de lui de sémillants Hêtres (Fagus) qui ont la faculté de pousser vite et haut. Cerné par l'ombre de Hêtres, ce gros balourd de Chêne n'a pas d'autre choix que de faire de la culture physique et il se met à pousser droit et haut pour être en mesure d'apercevoir sa Dulcinée. Voilà pourquoi les chênes des forêts ont de longs fûts élancés alors que nos chênes des champs sont si larges et bien moins hauts.


 Un jour, un Lutin de mes amis s'est mis en tête de compter le nombre de nuances de vert et de brun qui existent en forêt d'Ecouves. Il a commencé il y a un bon siècle et compte encore.


Des Sapins poussent aux endroits dédaignés par les trop fiers Chênes. Ce sont de bon bougres à pousse rapide qui n'ont pas inventé le fil à couper la résine mais les Lutins les aiment bien car ils participent de bon gré aux fêtes de fin d'année.


A quelques kilomètres de là, de l'autre côté de la plaine d'Alençon se trouve l'autre forêt. Vous pouvez deviner sa présence en observant la ligne noire qui se trouve à l'horizon. Elle se nomme Perseigne, c'est une voisine, plus modeste, de la forêt d'Ecouves. Les Lutins y vont parfois, pour changer, le samedi. Mais leur coeur reste dans leur forêt bien aimée qui sait leur chanter l'étrange mélodie sylvestre faite d'ombre végétale et de lumière minérale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire