lundi 14 mars 2016

L'Esprit français 16

Michel Blavet
1700-1768

Fils d'un tourneur sur bois de Besançon, Michel Blavet apprit la flûte en autodidacte et, n'ayant pas de professeur pour lui apprendre à tenir son instrument, il tint sa flûte du côté gauche*, habitude qu'il garda toute sa vie. A l'instar de Jimi Hendrix au XXème siècle, il en développa une technique toute particulière qui en fit le virtuose le plus renommé de son époque : "De l'aveu des connaisseurs, Monsieur BLAVET ne connut personne au-dessus de lui pour l'exécution des sonates et des concertos. L'embouchure la plus nette, les sons les mieux filés, une vivacité qui tient du prodige, un égal succès dans le tendre, dans le voluptueux et dans les passages les plus difficiles, voilà ce qu'est Monsieur BLAVET" (D'Aquin de Château Lyon).

(*Sur le seul portrait présumé de Blavet, celui-ci tient sa flûte à droite ; soit il était ambidextre, soit ce portrait n'est pas celui du compositeur.)

Depuis les améliorations apportées par la dynastie Hotteterre, la flûte française n'a cessé de progresser en expressivité et en précision même si elle connut ensuite son heure de gloire en Allemagne avec de grands virtuoses comme Quantz.

Traverso 1740 avec corps intermédiaire La=415Hz ou (au-dessus) la=392Hz pour interpréter la musique française (Document Wikipédia)

Si Blavet fut considéré comme faisant partie des tenants du style italien, sa musique au diapason très bas reste encore bien marquée par une subtilité française exquise  alliant brio et mélancolie. La pièce présentée ici est tirée de son Opus I pour deux flûtes sans basse continue, elle est intitulée "L'Insinuante".

(D'aucuns eussent pu penser que j'eus choisi la pièce de l'opus II intitulée "Le Lutin" mais je les laisse là à leurs insinuations...)



 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 


Source principale : Masahiro Arita 

 

1 commentaire: